top of page

Lettre ouverte sur l'Arménie à la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères

Face au blocage orchestré par les autorités azerbaïdjanaises de l’unique route reliant le Haut-Karabakh à la République d’Arménie, la Présidente, Anne-Laurence Petel, et le groupe d’amitié France-Arménie, ont adressé un courrier à la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères pour l'alerter sur cette situation particulièrement préoccupante.


Depuis le 12 décembre, des manifestations bloquent délibérément le Corridor de Lachin visant à empêcher toute circulation entre Erevan et Stepanakert, et ainsi à couper du monde les cent-vingt-mille Arméniens du Haut-Karabakh. Ce blocage se double d’une coupure de l’approvisionnement en gaz, privant ainsi les populations civiles de chauffage et d’eau chaude alors que le froid glacial de l’hiver caucasien a pris place et met ainsi leur vie en danger.


Aussi, ce blocage obéit à une logique implacable, celle de rendre le Haut-Karabakh invivable pour les Arméniens, et d’ainsi les contraindre à abandonner leurs terres ancestrales. A cet égard, il est assimilable à une agression azerbaïdjanaise à l’encontre des populations arméniennes du Haut-Karabakh.


Ainsi, cette lettre ouverte d’Anne-Laurence Petel, cosignée par 22 députés de tous bords politiques appartenant au futur groupe d’amitié France-Arménie à l’Assemblée nationale, demande des actes forts de la France et de l’Union européenne, à la hauteur de la gravité de la situation, et des éléments de réponses clairs à deux interrogations :


- Où en est la proposition de la France de mettre en place une mission d’observation permanente dans la région ?

- Quelles actions concrètes la France entend mettre en œuvre pour la sécurisation des populations arméniennes, au regard de la défaillance avérée des forces armées russes ?


Anne-Laurence Petel, présidente du groupe d’amitié France-Arménie, déclare : « Ce blocage est inadmissible. Il constitue une violation de l’accord de cessez-le-feu du 9 novembre 2020. Face à cette situation très inquiétante, notre pays doit agir de façon ferme et résolue. J’en appelle solennellement à la mise en place urgente d’une nouvelle mission d’observation de l’Union européenne dans la région au-delà du 19 décembre. La présence d’observateurs de l’UE est un élément essentiel pour contraindre le régime azerbaïdjanais à la retenue. Leur départ pourrait avoir des conséquences funestes pour les Arméniens. »






Courrier à Mme la ministre des Affaires étrangères sur l'Arménie
.pdf
Télécharger PDF • 215KB

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page